Les modèles urbains : un « discours social » de l’urbanisme ?

Par Laurent Matthey

Je suis souvent étonné, à la lecture de la Vision territoriale transfrontalière dans laquelle s’enchâsse le futur Plan directeur cantonal genevois, par la récurrence de mots d’ordre ou de thèmes dont la diffusion sociale est telle que l’on peut avoir le sentiment vague d’une langue de bois de l’urbanisme. De nouveaux totems de la profession sont agités au fil des pages, de l’appel à un urbanisme du vivant, à la redécouverte du sol, en passant par une nécessaire transition… On pourrait être enclin à analyser ce document en tant qu’il confine à une certaine forme de bravoure, celle qui arrive à faire discours de mots d’ordre, sans questionner nécessairement la façon de faire territoire, pointant les effets délétères du pipotron sur les politiques publiques. Or, je pense que cette analyse serait pour partie erronée. Je pense qu’il serait plus pertinent de tracer ces topoï en les inscrivant dans une analytique qui est celle des champs discursifs. Des thèmes émergent, circulent, disparaissent… On les voit naître dans le champ de la philosophie, de la théorie politique, de l’environnement… Et puis on les retrouve en urbanisme et aménagement. Ils voyagent. Ils ont été déplacés. De manière simpliste, je serai encore enclin à expliquer ces déplacements par l’influence d’une sphère médiatique qui fonctionne comme un répertoire de sens auquel les agents sociaux se réfèrent pour donner sens à leur pratique, mais également pour renouveler leurs manières de faire et penser. Répertoire de sens, cette sphère est également une bibliothèque de références utiles pour composer avec ce qui nous arrive. Mais cette interprétation ne tient pas suffisamment compte des différentes opérations de traductions qui permettent la mise en mouvement des topoï. Elle néglige également les conditions nécessaires à la circulation de catégories, notions, mots et autres lexiques.

La théorie du « discours social » selon Angenot

Il y a près de 40 ans, Marc Angenot publiait un livre par lequel il se proposait de rendre compte, analytiquement, de ces déplacements, c’est-à-dire la manière dont des thèmes, des topoï, voyagent à l’intérieur d’une configuration qui assure une intelligibilité aux différents énoncés. À l’approche du bicentenaire de la Révolution française, il s’y attachait (projet démesuré) de rendre compte de « l’ensemble de la production écrite [francophone], toutes catégories confondues, des études savantes aux faits divers » d’une année donnée, 1889 ; année du centenaire de la Révolution, année de l’exposition universelle. Tout lire donc ou presque, en procédant par échantillonnage, pour comprendre comment une société se dit. Cette coupe synchronique devait lui permettre en effet d’identifier le « discours social » d’une époque, à savoir la « parole qu’une société tient sur elle-même » (Pelletier, 1991, p. 141) ; l’« ensemble de positions faisant consensus qui permettent à la collectivité de faire communauté » à un moment donné (Artiaga & Letourneux, 2022, p. 74).

Ce « discours social » (je laisserai désormais tomber les guillemets) est bien sûr une « construction », « un instrument conceptuel de travail ». Il émerge de l’analyse alors que le chercheur, travaillant un ample corpus discursif, observe des récurrences, des « migrations », des « fluctuations et des conflits » (Angenot, 2016, § 19). Angenot les appréhende comme des éléments d’une vaste homéostasie discursive, participant d’un mode de spécifique de régulation à l’origine du dicible et le pensable d’un temps donné : « [L]e discours social n’est pas une juxtaposition de “formations discursives” autonomes, mais un espace d’interactions où des impositions de thèmes et de “manières de voir” viennent apporter au Zeitgeist une sorte de co-intelligibilité “organique” et fixer les limites de l’argumentable, du narrable, du scriptible et du pensable » (Angenot, 1989, emplacement 213).

Pour Angenot, cet « espace d’interactions » s’organise en « champs » (littéraire, philosophique, scientifiques, politique, journalistique) ou plutôt en « secteurs » qui procèdent de « grands découpages thématiques » du monde discursif. Angenot parle ainsi de « “régions” […] entre lesquels des dispositifs interdiscursifs assurent la migration d’idéologèmes variés et les adaptations des formes langagières et topiques communes » (Angenot, 1989, emplacement 1540). Les sous-régions de ce monde sont en effet poreuses les unes aux autres, leurs frontières, comme les frontières géographiques, organisent l’échange plus qu’elles ne l’entravent. Suivant ce qui circule de l’un à l’autre de ces espaces, Angenot révèle les mouvements lents ou rapides qui en dessinent les formes, trace les conditions d’« adaptation » (Angenot, 1989, emplacement 2864) des catégories d’une région du discours social à l’autre. Ces migrations s’inscrivent dans un ensemble de « règles », celles qui régissent les « genres et […] discours », définissant également les « déviances acceptables » (Angenot, 2006, §37) à leurs égards. Aussi, l’analyse systématique du discours social permet-elle de faire émerger quelque chose d’une structure, un « ensemble complexe d[e] normes et impositions diverses qui opèrent contre l’aléatoire, le centrifuge et le déviant, qui indiquent les thèmes acceptables et indissociablement, les manières tolérables d’en traiter, et qui instituent la hiérarchie des légitimités (de valeur, de distinction, de prestige) sur un fond d’homogénéité relative » (Angenot, cité par Pelletier, p. 150) ou d’« hégémonie » caractéristique d’un « état de culture » (2017, p. 31).

Cette hégémonie, qui est à l’origine d’un état du discours social, se caractérise par différents traits dont six retiennent plus particulièrement mon attention. Il y a d’abord une « langue légitime », qui pose la manière dont il convient de s’exprimer pour être écouté, entendu, lu (le français littéraire pour le discours social explicité par Angenot). Cette langue se déploie à partir d’une topique commune, à savoir un ensemble de « présupposés irréductibles » (2017, p. 43) auquel se réfèrent les différents locuteurs ; elle active des « intouchables », « fétiches et des tabous » que l’on encense (« Patrie, […] Armée, […]  Science » ou fustige (Sexe, […] Folie, […]  Perversion) (2017, p. 45) ; elle creuse des thèmes imposés, discute d’idées qui « “mérite” d’être débattu[es] » parce que légitime[s] (2017, p. 45) (celle de la fin d’un monde imprègne beaucoup les débats fin de siècle de 1889 par exemple) ; elle est empreinte d’une « dominante de pathos » (2017, p. 46), manifestation de sentiments ou d’émotions comme la peur, la joie qui s’impose pour faire collectivement sens ; ainsi une vaste inquiétude saisit la société du centenaire de la révolution, hantée par l’idée d’un monde qui se délite. Le discours social modèle ainsi le monde, se posant comme une gnoséologie, un mode de connaître, qui l’organise, le « schématise » (2017, p. 44) à des fins d’intellection. Le discours social de 1889 est ainsi organisé autour d’une forme de cognition qui est celle du roman généralisé explique Angenot, qui conduit à lire le monde au prisme du romanesque, de l’écrit scientifique au texte littéraire, en passant par le journal ou l’analyse politique.

Dimensions d’une hégémonie discursive au sens d’AngenotExemples dans le 1889 d’Angenot
Langue légitimeLe français littéraire
TopiqueLe présent comme menace
SacralisationTotems : Partrie, Science ; tabous : Sexe, Folie…
Thématique commune« Dissolution du moi, fin d’une race, fin d’un monde, fin d’un sexe… » (Angenot, 2006, p. 16)
Dominante de pathosDésenchantement, angoisse
GnoséologieRomanesque généralisé : le monde est pensé au moyen d’un schéma narratif
Tableau 2 – Six traits caractéristiques d’une hégémonie discursive chez Angenot

La puissance du concept de discours social forgé par Marc Angelot tient de ce qu’il permet de penser les conditions nécessaires au déploiement tant d’une parole sociale que des écarts à un discours déterminant, qui n’en restent pas moins codés, c’est-à-dire inscrits dans un système global qui en assure l’intelligibilité. S’inscrire en marge du discours d’une époque n’empêche pas d’appartenir à cette configuration discursive. J’y vois un intérêt particulier pour penser les « renouvellements » de la pensée urbanistique contemporaine, qui procède souvent de mots d’ordre successifs, selon qu’il convient de « refaire la ville sur la ville », « projeter par le vide », déployer une « ville du quart d’heure », etc. 

Angenot revisited : penser la propagation d’un modèle dans un écosystème discursif donné

Pourrait-on, aujourd’hui, utiliser le concept d’Angenot pour étudier la production discursive de l’urbanisme ? Pour ma part, j’y vois au moins un outil susceptible d’être mobilisé pour tracer l’émergence et la circulation des modèles urbains. Peut-être faut-il que je définisse d’abord ce qu’est pour moi un modèle urbain. Je considère (et c’est bien sûr contestable) qu’un modèle est d’une part un ensemble de concepts et préceptes appliqués, de manière spontanée, à une situation donnée. D’autre part, des solutions à des enjeux ou des problèmes qui ont progressivement été portées à l’état de normes auxquelles on se réfère pour agir. Un modèle est à la fois global et local, universel et particulier, objectivé dans des instruments, institué en normes et incorporé sous forme de valeurs morales, des modes de penser et de faire. Lorsqu’un·e urbaniste affirme que la ville se construit par le vide, qu’il insiste sur la nécessité de « refaire la ville sur la ville », qu’il promeut des indices de verdure, c’est un modèle normatif intériorisé qui est activé, même s’il semble instituer une posture singulière, un art tout personnel de se prononcer sur la ville idéale.

On peut aborder un modèle comme un corps de doctrine qui se diffuse de proche en proche à mesure que les disciples d’une nouvelle doctrine évangélisent des terres de plus en plus lointaines. On peut l’approcher comme un assemblage de références ou d’expérimentations qui circule selon des réseaux que l’analyse peut appréhender, que des porte-parole ou des gourous mettent en mouvement. On peut également s’attacher, inspiré par l’ouvrage récente de Dominique Boullier (2023), à décrire sa « propagation » à la manière dont on trace les réplications de mèmes à la fois identiques et différents. La description de cette propagation bénéficierait grandement des travaux anciens (35 ans déjà) du chercheur canadien. Superposant différentes coupes synchroniques d’une région du monde discursif (le discours urbanistique), il s’agirait, pour un moment donné, d’identifier les rôles, la langue, le mode de connaissance qui y a cours pour suivre la réplication de mèmes conceptuels et normatifs qui constituent une langue, rendent possible une pensée et perceptible un réel.

Il s’agirait, pour une année donnée de tout lire, tout écouter, ce qui s’écrit et se dit dans le champ de l’urbanisme d’un espace linguistique donné. De circonscrire une langue légitime, d’expliciter une topique commune (faire la ville durable), d’identifier ses totems et tabous, de décrire le registre thématique dans lequel ils s’enchâssent, de définir les dominantes de pathos qui prévaut aux énonciations, enfin de montrer le mode de connaissance qui prévaut.

Dimensions d’une hégémonie discursive au sens d’AngenotExemples dans la VTT GG
Langue légitimeLe français prosaïque (phrases courtes, adjectifs simples, adverbes proscrits).
Topique communeLe présent comme rupture
SacralisationTotems : Sol, Arbre, Espace public… ; Tabous : Habitat individuel, Mobilité individuelle, Îlots de chaleur…
Thématique communeAntropocène
Dominante de pathosEco-anxiété
GnoséologieCatastrophisme éclairé
Tableau 2 – Le « discours social » de la planification territoriale genevois (esquisse)

On pourrait également identifier ceux qu’Angenot appelle, suivant Pierre Bourdieu, des doxosophes, parce qu’ils pensent en sympathie avec la doxa d’une époque, doués d’« un charme à eux qui opère et qui s’impose et qui, avec le “recul”, est intégralement dissipé » (Angenot, 2016, § 43), les promoteurs d’une ville du ¼ d’heures, comme il existait, avant des messies et apôtres de la ville créative) ; on pourrait montrer la migration des catégorèmes (la qualité urbaine, la ville dense, le recyclage urbain, la ville moins dense, le sol, l’IA, le post-COVID…) entre différents lieux du discours (instituts de recherche, lieux d’enseignement, agences, administrations, associations professionnelles, revues…) ; on pourrait documenter leur dégradation en des contextes locaux (PLU, PDCn, grandes planifications…), gloser la tension entre créativité ordinaire et conformisme social (controverses de la ville dense, sol, arborisation, etc.) qui agite les atomes de cette propagation, pour comprendre, au terme d’un ample geste de profanation, la manière dont nous pensons — nous, produits et producteurs d’une époque — la conception de notre espace habité. Il s’agirait en somme, par ce détour, d’inscrire les modèles en urbanisme dans l’écosystème tout à la fois discursif et cognitif qui les rend énonçable, pensable, dicible… dans un appel à l’humilité théorique et la réflexivité critique.

Références

Angenot, M. ([1989] 2013). 1889, Un état du discours social, Laval, Médias 19.

Angenot, M. (2006). Théorie du discours social. Contexte https://doi.org/10.4000/contextes.51

Angenot, M. (2016). Esprit du temps et coupe synchronique : la théorie du discours social. Corela HS-19 https://doi.org/10.4000/corela.4457

Angenot, M. (2017). Analyse du discours et théorie du discours social. Problématiques, programmes, méthodes. Revista Conexão Letras 12(18) : 1-52.

Artiaga, L. & Letourneux, M. (2022). Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au cœur du transmédia à la française, 1945-1990. Paris, La Découverte.

Boullier, D. (2023). Propagations. Un nouveau paradigme pour les sciences sociales. Paris, Armand Colin.

Pelletier, J. (1991). Compte rendu de [Marc Angenot, 1889, Un état du discours social, Montréal, Le Préambule et Micheline Cambron, Une société, un récit : discours culturel au Québec (1967-1976), Montréal, L’Hexagone]. Cahiers de recherche sociologique 16, 149–153.

Pour une critique du participationnisme sensible

Par Laurent Matthey

Un « discours social »

La lecture de documents institutionnels permet souvent d’accéder, sinon au socle à partir duquel pense une époque, à un air du temps qui se diffuse à un moment donné, impulsant des formes de pensée, des manières de dire, des topoï… S’il ne correspond pas tout à fait à ce que Michel Foucault appelait une épistémè (un système de rapports entre discours de la science et des pratiques sociales qui définissent le connaissable d’une époque)[1], cet air du temps est assurément emblématique d’un « discours social » au sens de Marc Angenot, des « récurrences, des manières de connaître et de signifier le connu qui sont le propre [d’un] état de société et qui transcendent la division des discours » (Angenot, 2017, p. 30). Ce « discours social » consiste en d’autres mots en un « ensemble de positions faisant consensus qui permettent à la collectivité de faire communauté » à un moment donné (Artiaga & Letourneux, 2022, p. 74).

La lecture de Feuille de route pour le nouveau Plan directeur cantonal (République et canton de Genève, 2021) ne déroge pas à la règle. On y accède à un « discours social » qui excède le champ de la planification. Le document expose les grands enjeux du prochain plan régulateur genevois. Placée sous le signe de l’urgence climatique décrétée par le Conseil d’État, la fabrique du plan est approchée comme un moment important de transition écologique et d’adaptation au nouvel ordre climatique. Il s’organise en six grandes parties, qui explicitent le « virage engagé », les « ambitions », la « méthodologie », le « programme de travail », l’état de la concertation préalable à la démarche et rappellent sous forme de « conclusion » les grands enjeux. Le document prend le temps de rappeler le cadre légal dans lequel s’inscrit la production d’un Plan directeur, dans le même temps que les objectifs de ce dernier sont clarifiés. On rassure le lecteur à propos du caractère démocratique de la procédure, insistant sur sa transparence et son éthique collaborative…

La section consacrée à la « concertation et communication » (pp. 48-54), particulièrement bien construite et argumentée, énonce d’ailleurs de manière claire la stratégie qu’entend mettre en place l’État, par l’intermédiaire de son Service de concertation et communication, pour l’élaboration de la Vision territoriale transfrontalière 2050.

Impliquer plus

Je m’arrêterai ici sur un fragment de cette stratégie en ce qu’il me paraît significatif d’une des manières de penser, aujourd’hui, l’implication citoyenne dans les projets urbains. Je cite :

Des premiers moments d’interactions avec un public large devront permettre de sensibiliser et de mobiliser autour de l’élaboration de la vision territoriale transfrontalière. Les OFF des Assises transfrontalières de la transition énergétique (février 2022) et le festival EXPLORE (deux éditions par année) représentent par exemple des opportunités singulières sur lesquelles s’appuyer. Ces rencontres offrent au public des clés de compréhension sur les enjeux prégnants relatifs à l’élaboration de la vision territoriale transfrontalière. Elles servent aussi à identifier des personnes susceptibles d’être intéressées à rejoindre les groupes de travail non professionnel pour chacun des PACA […]  (FR NPDCn, 2021, p. 52).

Face à la difficulté à mobiliser la population et celle, encore plus grande, d’impliquer les publics en marge de la production urbaine (la Feuille de route souligne ainsi l’enjeu de « toucher différents publics, notamment les cercles éloignés des recettes classiques de la concertation (par exemple les jeunes, les personnes aux revenus modestes, certaines communautés socio-culturelles…) » — FR NPDCn, 2021, p. 48), les collectivités publiques diversifient désormais les formats de participation.

Les formes classiques (citoyen·nes rassemblé·es dans l’« aula d’un collège » ; austère travail de community planning, que la fluorescence de post-it égaye parfois…) peinent en effet à drainer au-delà de la sphère des « semi-professionnel·les » (associations, habitants mobilisés, familiers des luttes urbaines…) de la participation en aménagement. La nécessité de proposer un programme assez fort pour attirer des publics cibles divers insinue ainsi un glissement de la participation en urbanisme vers l’événementiel et le ludique déjà observé ailleurs dans le rapprochement des mondes de la culture et du divertissement pas exemple (Artiaga & Letourneux, 2022, p. 169).

Le OFF des Assises transfrontalières de la transition énergétique (nommé précédemment) offre ainsi « près de 180 manifestations », se déclinant en différents genres : spectacles théâtraux, conférences, sorties nature, activités autour de l’alimentation, visites de sites, ciné-débats, expositions, ateliers « do it yourself ». « L’objectif est clair : impliquer et sensibiliser les habitants du Grand Genève aux enjeux de la transition écologique » (AFVC OFF, s.d.).

Le festival Explore, lui aussi mentionnée dans le précédent fragment, « propose plus de 50 événements gratuits ouverts à toutes et à tous : expositions, conférences, débats, balades, ateliers ou encore soirées festives ». Ces événements doivent « engage[r] la population à réfléchir aux enjeux de la transition et à donner activement sa voix pour le changement » (FPA Explore).

Faire venir des idées

La « ville du futur » est le présent-absent du dispositif. D’« expositions » en  « soirées festives », on pratique des espaces. On fait des choses. On expérimente des ambiances. On partage ensemble une émotion esthétique. Si on était au début des années 1990, je serais enclin à multiplier les métaphores dionysiennes et les références maffesoliennes pour évoquer le social qui se met en place dans les foules en transe, au moyen de divers rituels festifs, comme les thématise d’ailleurs la Feuille de route :

Des événements festifs à l’échelle de l’agglomération (par exemple des festivals, les fêtes de Genève réinventées, des événements autour des gares du Léman Express) représentent des opportunités dont il pourrait être pertinent de se saisir (FR NPDCn, 2021, p. 53).

Il est vrai que la fête fait lien ; elle insinue un sentiment d’appartenance, stimulant l’émergence d’un nous fusionnel… Si on était dans la dernière décennie du XXe siècle, je citerais donc des passages entiers du Temps des tribus (1988 [1991]), dans lequel Michel Mafessoli traçait les formes contemporaines d’une « communauté émotionnelle » (1988 [1991], p. 19) ou bien encore Du nomadisme (1997), où le même sociologue réfléchissait à cette « mystérieuse liaison entre errance et communauté » (1988 [1991], pp. 61-62), qui se cristallise dans des moments singuliers où un « groupe fusionnel » émerge de moments dynosiaques… L’événementialisation de la fabrique urbaine participe de ce paradigme selon lequel la fête institue le social, en incarnant le lien qui nous relie aux autres.

Mais une autre période, plus lointaine, a la préférence de mon esprit lui aussi nomade ou plutôt vagabond. Le dispositif évoqué s’adresse à un corps, qui fait, sent, s’émeut, éprouve, découvre, apprend… L’intention est en fait assez proche de ces petites machines spatiales que le XVIIIe siècle fantasmait dans les lacis du jardin paysager. Nombreux sont les historiens qui ont montré que le jardin à l’anglaise répondait à une nouvelle théorie de la connaissance, selon laquelle les idées naissent d’un rapport sensible au monde. Les aménagements proposés par les théoriciens de ce nouveau style jardinier doivent faire éprouver par la pratique des sentiments. Il s’y agit explicitement de faire éprouver des idées au moyen du corps, conformément aux principes du sensualisme (Baridon, 1998).

L’enfer d’une orthopédie sensualiste

Claude-Henri Watelet, dans son jardin de Moulin-Joli, étirera ce principe à l’excès. Souhaitant rehausser le charme de son site, il multiplie les ombrages, fait poser des ponts. Des routes « suiv[ent] les sinuosités des rivages » (1774 [2004], p. 59). « Des cabinets posés avec choix [offrent] des abris nécessaires et des tableaux qui arrêtent et attachent le regard » (ibid.). « Un salon de café trouv[e] sa place sous le couvert si bien ombragé par de vieux arbres, qui touche la maison ». On s’y délasse. Le regard divague jusqu’au faîte des arbres sur le plus haut desquels on lit quelques vers rappelant leur fonction : « ombrager l’asile des heureux » (ibid.). On peut ainsi entreprendre sereinement le voyage sur les délicats sentiers de Moulin-Joli. Sur l’un deux, un vieux saule « rappelle l’idée des oracles ». Tout saisi de cette réminiscence, on est frappé par les vers que Watelet a fait graver sur l’antique relique :

Vivez pour peu d’amis, occupez peu d’espaces

Faites du bien surtout ; formez peu de projets.

Vos jours seront heureux et si ce bonheur passe,

Il ne vous laissera ni remord ; ni regrets.

Tout à la médiation de cette révélation, on arrive à une « espèce de cabinet en saillie sur le courant d’eau ». On s’y assied ; le bruit du torrent intensifie la méditation. « Des deux côtés du siège », les branches d’un arbre s’approchent sur lesquelles on peut lire des fragments d’une maxime, l’un inclinant à la paix de l’âme (1774 [2004], p. 61) ; l’autre rappelant les valeurs de l’amitié. « [R]êvant à cette maxime », on continue sur le sentier, jusqu’à un pont où des chaises sont disposées. On s’y arrête, abaisse le regard pour contempler ce qu’il y a en contrebas. Des vers gravés sur le plancher rappellent alors qu’ici est l’image des jours heureux. Plus loin, « tracés sur un arbre » (1774 [2004], p. 63), exposés aux regards qui se détournent d’une petite scène ouvrant, hors le domaine, sur le monastère d’Héloïse et Abélard, des mots rappellent que « ces toits élevés dans les airs couvrent l’asile où vécut Héloïse », insistant sur l’intensité de l’Amour…

Je pourrais multiplier les exemples de cette petite mécanique par laquelle Monsieur Watelet s’attache à disposer des corps pour les aider à éprouver des sentiments, cherchant à insinuer ce qu’il convient de ressentir en un lieu donné. Les romantiques lacis du jardin paysager sont parfois d’infernales petites machines didactiques (anticipant en cela les nudgescontemporains).

Participer sans le savoir, l’esprit libre

Mais revenons à notre XXIe siècle. L’événementialisation de la participation relève à certains égards d’une forme de démarchage. Elle doit permettre de « toucher différents publics », que les « recettes classiques » ne permettent pas d’atteindre. Elle procède d’une curation territoriale — qui a pour mission de sélectionner des contenus pertinents pour atteindre un objectif — instrumentant une programmation culturelle. Ce faisant, elle insinue un nouveau régime d’engagement dans la planification urbaine.

Si la machine est ici infernale, c’est ainsi d’abord parce qu’elle amène le visiteur·euse à prendre part à la production de la « ville du futur » à l’« insu de son plein gré ». On commence à participer par sa seule présence. En assistant à un concert, en s’asseyant à « grand brunch populaire », pendant que les enfants s’amusent à un « jeu de l’oie grandeur nature » ou en s’inscrivant à un atelier de « fabrication de skates » (cf. vidéo de restitution de la première édition du festival Explore – EXP VGE, 2019). Mais alors que l’habitant·e du Grand Genève en transition participe à l’une des « 180 » (ou presque) manifestations du OFF des Assises de la transition, qu’il ou elle se rend à l’un des « 50 événements gratuits » du festival Explore, il ou elle est pris·e dans un dispositif qui — de la même manière que le jardin de Moulin-Joli propose une expérience à son visiteur·euse afin de faire advenir des sentiments — a pour fonction de faire advenir des idées, de l’aider à tirer des leçons de ce qu’il ou elle expérimente en situation.

Comme l’explique en toute transparence la Feuille de route pour la Vision territoriale transfrontalière, il s’agit bien de former (« offr[ir] au public des clés de compréhension ») et recruter (« identifier des personnes susceptibles d’être intéressées à rejoindre les groupes de travail non professionnel »). Le récréatif et le sensible sont une manière de susciter de la disponibilité, du « temps de cerveau » presque pour insinuer des dispositions.En un autre contexte, on aurait parlé d’ « économie de l’attention ».

Sous les pavés

L’intérêt pour le « discours social » conduit toutefois à se détacher d’une interprétation qui ferait de ce participationnisme sensible une forme dissimulée de propagande, une intention de manipuler les foules, une pure volonté de « storyteller » le projet. Le discours dont il résulte construit des manières de penser, des positions par rapport au « réel » conduisant à ce que la démarche proposée s’inscrit dans un postulat vertueux. Il est conforme à l’idéal contributif d’une époque : aller vers le public pour l’inciter à participer à la vision que souhaite développer l’administration. Les objectifs sont énoncés, déclarés à longueur de documents. On s’inspire de ce qui se fait ailleurs, pour informer clairement, bien communiquer, être pédagogue, solliciter des apports proportionnés aux capacités de chacun·e…

On se souvient ici que le souhaite de rehausser la qualité du site pour l’agrément du visiteur·euse, la volonté de l’aider à éprouver des sentiments conformes à ce qui est attendu conduit Monsieur Watelet, alors qu’il réfléchit à l’agrément de son Moulin-Joli, à produire une machine possiblement infernale tant elle cherche à bien faire. La volonté de gagner l’attention des publics de la fabrique urbaine aux moyens d’attracteurs renouvelés n’est peut-être pas aussi éloignée de ce petit enfer pavé de louables intentions.

Bibliographie

Angenot, M. (2017). Analyse du discours et théorie du discours social. Problématiques, programmes, méthodes. Revista Conexão Letras 12(18) : 1-52.

Artiaga, L. & Letourneux, M. (2022). Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au cœur du transmédia à la française, 1945-1990. Paris, La Découverte.

Baridon, M. (1998). Les jardins : paysagistes, jardiniers, poètes. Paris, Bouquins.

Foucault, M. (1966 [1990]). Les Mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines. Paris, Gallimard.

Maffesoli, M. (1997). Du nomadisme. Vagabondages initiatiques. Paris, Méridiens Klinsieck.

Maffesoli, M. (1988 [1991]). Le temps des tribus. Le déclin de l’individualisme dans les sociétés de masse. Paris, Méridiens Klinsieck.

Watelet, Cl.-H. (1774 [2004]). Essai sur les jardins. Paris, Gérard Montfort.

Sources

[AFVC OFF] Grand Genève (s.d.). Agglomération franco-valdo-genevoise. OFF des Assises européennes de la transition énergétique : près de 180 animations du 10 mai au 5 juin ! Site internet du Grand Genève https://www.grand-geneve.org/off20/ [consulté le 16.11.2023]

[FR NPDCn] République et canton de Genève, 2021. Feuille de route pour le nouveau Plan directeur cantonal. Vision territoriale transfrontalière 2050. Genève, Département du territoire.

[FPA Explore] République et canton de Genève, 2022. Faire pour et avec. Explore. Site internet de l’État de Genève. https://www.ge.ch/dossier/concertation/faire-avec/explore [consulté le 16.11.2023]

[EXP VGE] 3DD Espace de concertation, 2019. Explore la ville Genève. Quinzaine de l’urbanisme – 28-29 septembre 2018. https://vimeo.com/313120064 [consulté le 17.11.2023]

[1] Marc Augenot (2017) rappelle que Michel Foucault prend soin, dans Les Mots et les choses, de distinguer son épistémologie d’une mise au jour d’un « esprit de l’époque ».

Le retour du refoulé. Quand les mots parlent, faut-il oublier les « mots salis » ?


par Laurent Matthey

Pour une analyse interprétative des discours institutionnels

J’aime ce geste régressif. Je porte à mon nez un vêtement tiré de mon armoire. L’odeur me ramène aux rayons du placard de ma chambre d’enfance. C’est l’effet d’un antimite à la lavande, dont j’ai distribué les sachets il y a de cela quelques semaines. J’aime les pouvoirs d’évocation que recèle ce que l’on considère parfois comme des vieilleries. Une sensation active une aire cérébrale que je saurais nommer si j’écoutais plus attentivement les podcasts consacrés aux neurosciences que j’ai téléchargés sur mon téléphone. Un souvenir s’allume ; mon corps résonne. Il en va de même pour les idées. J’aime celles que certaines personnes considèrent comme des vieilleries. Elles sont très souvent les vecteurs d’une analytique oblique, qui me convient tout à fait.

« Homme du passé », je souhaite dans ce billet décaler les considérations de la psychanalyse sur le rapport du langage à l’inconscient, à l’analyse des discours et récits de la planification. La psychanalyse fonde notamment son analytique sur le postulat voulant que le langage (ou la parole) permette de comprendre les tensions inconscientes qui animent le sujet. Les lapsus, tout comme les actes manqués, seront ainsi approchés en tant qu’ils relèvent eux aussi de ces « rejetons de l’inconscient » par lesquels il parle. Ces actes manqués du langage traduisent en effet possiblement quelque chose, sinon d’inavouable, du moins d’indicible ou d’impensé qui, en quelque sorte, nous agit. Le langage, les mots nous parlent tout autant que nous les utilisons pour parler. 

Ce postulat a été mis au service de la cure psychanalytique pour identifier les tensions à l’œuvre dans l’appareil psychique du sujet. Ce que l’on dit, la manière dont on l’énonce, les associations faites par l’analysant révèlent un monde des désirs, mais aussi des peurs et des conflits. Lacan a réinscrit cette proposition dans la linguistique de son époque, en insistant sur les éléments structuraux du langage. Les caractéristiques formelles propres au langage organisent la manifestation de l’imaginaire, suggèrent des associations qui dérivent de la forme même de l’énoncé. Choses dites et façons de dire permettent d’accéder à un informulé de la pensée, que l’interprétation peut faire résonner avec le réel. 

Je pose ici que l’analyse des discours institutionnels peut s’inspirer de cette herméneutique, en assumant sa dimension proprement heuristique. Cette proposition s’inscrit dans une propension au long cours. Je me souviens d’un vernissage, il y a près de dix ans, où une personne à laquelle on me présentait a répondu : « Ah, le psy des architectes ! ». Mon envie de faire converger mon amour des vieilles choses, mon intérêt pour le langage, mon goût pour l’interprétation oblique, mon désir de coucher les discours de la planification sur le divan résulte d’un ensemble de dispositions renvoyant à une socialisation primaire (l’antimite), secondaire (le psy des architectes), des pulsions incontrôlées (tout interpréter), pouvant virer à la psychose (de l’interprétation au délire de la manipulation, il n’y a qu’un saut). Je l’assume. Tout comme j’assume déployer ci-après une herméneutique qui s’inscrit dans ce que Umberto Eco appelle l’intentio lectoris. Elle utilise le texte plus qu’elle ne l’interprète, excédant en somme ce que le sémiologue italien considère comme les limites de l’interprétation (1987). Je m’y prête d’autant plus volontiers qu’il s’agit d’un billet de blog dans lequel « je revendique ma subjectivité », pour parler comme Jean Ziegler.

Dans mon approche des discours institutionnels de la planification, je prendrai donc le risque des « lecture[s] actualisante [s] » théorisées par Yves Citton (Citton, 2017, p. 33) dans son ouvrage consacré aux promesses sociétales l’herméneutique. Comme la personne qui lit une œuvre, j’imposerai une Gestalt aux discours dont je me saisis, leur donnant « une forme unifiante » (op. cit., p. 70) qu’ils n’ont peut-être pas. Ma lecture sera « sélective », « orientée par des critères de pertinence » (op. cit., p. 71). Elle assumera le « malentendu » (Bruno Clément et Marc Escola convoqués par Citton, ibid.) qui en résultera. J’affirmerai, serein, que cette orientation du sens est ce qui fonde l’heuristique des lectures interprétatives, parce qu’elle permet de faire entendre autrement ce qu’une instance autoriale s’essaie à dire.

Je l’assume d’autant plus volontiers que c’est sans doute un peu de la mission que se donne un·e analyste dans la cure psychanalytique. Je vais donc prendre au pied de la lettre la qualification qui m’a été donnée un soir de 2014, lors d’un événement mondain et me comporter un peu en psy des faiseurs de territoire, les écoutant parler.

Mettre les discours de la planification sur le divan

Certains des documents[1] produits dans le cadre de l’ample démarche, placée sous le signe d’une Vision territoriale transfrontalière (VTT), devant déboucher sur le nouveau Plan directeur cantonal Genève 2050 se prêtent bien à cette herméneutique des discours institutionnels. Je me concentrerai ici sur les seuls fragments qui, dans ces documents, traitent de la participation citoyenne. Ceux-ci sont nombreux puisque la VTT insiste particulièrement sur sa dimension collaborative, tant du point de vue de l’implication des différents échelons décisionnels que l’activation des divers publics concernés : 

Étant donné l’ampleur de son influence sur les planifications de détail, et l’importance que cette vision territoriale soit partagée pour en assurer les bonnes conditions de mise en œuvre, nous proposons de saisir l’opportunité de cette révision pour lui donner une portée plus grande : celle d’entamer un processus de co-construction d’une stratégie d’aménagement qui soit le fruit d’un dialogue entre l’échelle du territoire et l’échelle du projet ainsi qu’entre les actrices et les acteurs institutionnels, la population et les parties prenantes du territoire (FR NPDCn, 2021, p. 15). 

Cette approche collaborative doit répondre à plusieurs enjeux : coordonner dès le départ les différentes échelles d’interventions, de manière à faire converger les diverses politiques publiques ; renforcer la collaboration des différents services techniques affectés ; tenir compte des enjeux spécifiques aux nombreux échelons politiques concernés par une planification territoriale au long cours ; rassurer sur le caractère démocratique d’un exercice qui peut sembler trop centralisé ou obscur… 

L’importance de ce dernier point ne doit pas être minorée. En effet, la question d’une confiance qu’il faudrait rétablir ou d’une méfiance dont il convient de démontrer le caractère infondé au regard de la transparence du processus revient régulièrement dans les documents produits par l’administration en charge du développement territorial (« Plusieurs mécanismes internes à la vie des projets engendrent […] une perte de confiance de la population » – FR NPDCn, 2021, p. 23; « Une part de la population porte quant à elle un regard méfiant, voire négatif sur la valeur apportée par les développements urbains » — FR NPDCn, 2021, p. 23). 

Ce couple méfiance/confiance renvoie à un questionnement plus ample relatif à la citoyenneté et ses modes d’exercices dans les sociétés contemporaines ; la lecture des documents nommés précédemment montre de ce point de vue comment une vision politique se déploie progressivement dans des documents administratifs. Le discours de Saint-Pierre, prononcé le 31 mai 2023 lors de l’assermentation de l’exécutif genevois (le Conseil d’État) par son président (qui est également responsable du Département du territoire) exprimait par exemple l’enjeu d’une démocratie à renouveler par la participation : 

Le contrat social dont nous parlons exige de ce gouvernement qu’il aille au-devant de la population. Un contrat social affirme la souveraineté du peuple. Celle-ci doit être reconquise. Dans les prochains mois, la population tout entière sera invitée à participer à une démarche prospective et participative visant à définir la Genève que nous voulons en 2050 (DSP, 2023, p. 5).

La co-construction d’un nouveau « contrat social », l’implication des « parties-prenantes », des divers « partenaires » du « territoire » permettra de rétablir la confiance du peuple souverain dans sa démocratie.

Catégoriser les acteur·ices

Cet appel à la co-production de la « Genève que nous voulons en 2050 » (DSP, 2023, p. 5), cette « ville de demain » (FR NPDCn, 2021, p. 53) s’articule à une catégorisation des acteurs, qui est révélatrice d’un rapport au réel. Un premier partage se manifeste dans certaines formulations, par exemple lorsqu’on expose les objectifs d’une démarche (« implication dans la démarche des partenaires et de la population » — FR 2018-2023, 2019, p. 29), qui distingue la population des partenaires usuels. Ce partage conduit à se demander si la population est un partenaire de type particulier, un partenaire surnuméraire ou le présent-toujours-absent des partenariats ordinaires de la fabrique de la ville. D’autres formulations activent cette tension (par exemple : « de nombreux acteurs du canton et de la région, y compris le grand public » — NPDCn PLD, 2023, p. 7) alors que l’intention est manifestement d’être précis et inclusif. 

Si l’intention à l’origine de la façon de dire est louable, l’idée d’un partage entre partenaires et population conduit toutefois à s’intéresser à la qualification des acteurs dans la langue des documents institutionnels. Ceux-ci multiplient les adjectifs pour affiner le grain dans la définition des différents partenaires : « actrices et les acteurs institutionnels » (FR 2018-2023, 2019, p. 15), « acteurs du territoire » (FR 2018-2023, 2019, p. 36), « actrices et […] acteurs du Grand Genève » (FR NPDCn, 2021, p. 36), « acteurs économiques » (NPDCn PLD, 2023, p. 8), « acteurs publics, professionnels et académiques » (FR 2018-2023, 2019, p. 31), « milieu non professionnel » (FR NPDCn 2021, p. 40), etc. 

Ce faisant, les acteur·ices sont qualifiés de manière différente. Les adjectifs employés les associent à des régimes de compétences, qui traduisent une hiérarchie du pouvoir d’agir. On peut ainsi distribuer ce « large panel d’acteurs, y compris le grand public » (FR NPDCn, 2021, p. 9) le long d’un continuum allant des « techniciens » aux « non professionnels », selon que l’on est un professionnel ou un « amateur ». Ceux-ci sont renvoyés à des compétences spécifiques (celle d’informateurs par exemple), bien qu’ils soient parfois élevés à un autre niveau par les « experts ». Ainsi, l’activation de la « société civile », qui porte un peu de la parole du « territoire », permet de « rassembler le savoir local afin d’alimenter les équipes travaillant sur les PACA » (FR NPDCn, 2021, p. 40), de tuyauter les professionnel·les, presque.

Ce pourrait-il que cette qualification des acteurs manifeste une certaine conception de la participation ?

Figures de la participation

La logique collaborative poursuivant de nombreux objectifs, il n’est guère étonnant que les acteur·ices identifié·es soient nombreux·ses et les compétences multiples. La hiérarchisation de leur pouvoir d’agir se traduit toutefois dans une conception protéiforme de la participation, dont les différentes figures sont parfois révélatrices d’un imaginaire instrumental. La participation relève ainsi tout à tour :

  • de l’ingénierie de l’aide à la décision (« Le format retenu devra être en mesure d’assurer des échanges constructifs qui permettent d’arbitrer les différents points de vue » — FR NPDCn, 2021, p. 52). 
  • de la séance de conciliation ouvrant à un compromis (« […] la démarche ici proposée vise à l’association des parties prenantes bien en amont pour aboutir à une vision commune, à des principes d’aménagement et à des stratégies élaborées avec l’ensemble des actrices et des acteurs […] » — FR NPDCn, 2021, p. 52).
  • du remue-méninges qui permet de nourrir une démarche (« […] Une intégration ciblée des éléments de la participation citoyenne […] » — VTT SPDC, 2023, p. 6) ;
  • de la pédagogie (« […] montrer par la concertation que le développement du territoire peut permettre d’augmenter la qualité du cadre de vie de chacune et chacun […] » — FR NPDCn, 2021, p. 48). 
  • de la promotion de comportements adéquats[2], « […] il faut agir sur le levier de la participation citoyenne en “emmenant” la population et les acteurs économiques du territoire […] dans une dynamique commune et partagée, notamment autour de la valorisation des ressources locales […] » — VTT SPDC, 2023, p. 55). 
  • du  dataisme enfin — trouble dont je suis moi-même atteint qui consiste à penser que toute trace peut constituer une donnée dans le champ de la planification, pour autant que l’on dispose de la capacité de traitement adéquate — et qui se traduit ici sous une forme dérivée qui consiste dans ce que tout événement est considéré comme un moyen à la fois de diversification et d’information des publics, sans qu’ils aient nécessairement le sentiment de participer (« […] Des temps forts de la concertation seront organisés dans les territoires, en s’appuyant sur les dispositifs itinérants, comme le festival EXPLORE, pour inviter la population à s’interroger sur les enjeux de développement et de la transition écologique du territoire genevois […] » — FR NPDCn, 2021, p. 53).

La population « invit[ée] » « à s’interroger », « emmenée » « dans une dynamique commune », désormais consciente que « que le développement du territoire peut permettre d’augmenter la qualité du cadre de vie », deviendra-t-elle un partenaire légitime, professionnel presque de la fabrique du territoire ? C’est sans doute une question qu’un·e analyste poserait à son analysant·e.

Qualifier les régimes d’intervention

Ce rapport au réel que l’instance autoriale de la VTT peine à énoncer — mais qu’elle manifeste lorsqu’elle « parle » — peut encore être repéré aux pages 50 et 52 de la Vision territoriale transfrontalière. Synthèse de la phase de diagnostic critique et orientations. Restitution des journées PACA du 17 au 20 janvier, de la journée de mise en commun du 25 janvier et des comités d’orientation politique du 31 janvier. Comparons la manière dont les contributions des habitant·es et expert·es sont présentées :

Les ambassadeurs de la démarche de concertation du Grand Genève ont salué la qualité et la quantité des « savoirs » mobilisés et priorisés durant les ateliers PACA. Ils ont relevé une grande technicité des interventions à la fois au niveau des territoires et des enjeux et problématiques. Ils ont également constaté la volonté d’agir avec un grand nombre de propositions et d’initiatives. Les ambassadeurs ont pleinement participé aux tables rondes des ateliers PACA et ont enrichi les discussions avec leurs apports (VTT SPDC, 2023, p. 50).

Le collège d’experts souligne la grande qualité du travail effectué par les groupements de mandataires des quatre PACA, Arve, Chablais, Jura, Rhône, allant au-delà des efforts et divisions disciplinaires d’une planification conventionnelle. Le collège d’experts a également détecté un effort louable de transparence au vu du partage des points d’incertitude et d’inquiétude (VTT SPDC, 2023, p. 52).

L’exorde du discours des habitant·es et des expert·es emprunte des voies analogues : on remarque la quantité et la qualité du travail effectué. Les termes choisis insinuent toutefois une autre dynamique au texte. Les « ambassadeurs de la démarche de concertation » « salu[ent] […] la qualité et la quantité des “savoirs” mobilisés » ; « le collège d’experts », lui, « souligne la qualité du travail produit ». Les « ambassadeurs » relèvent « la grande technicité » ; les expert·es, eux, continuent d’attirer notre attention, sur le fait cette fois que le travail effectué permet de dépasser « les divisions disciplinaires » ; ils « détect[ent] » même un « effort louable » de transparence. D’un côté, la confrontation à une massivité des savoirs et techniques de l’aménagement ; de l’autre l’évaluation distanciée d’un travail produit, dont il s’agit de faire comprendre la valeur. La manière de dire exprime ici ce que l’instance autoriale a déjà dit en qualifiant les acteur·ices de la planification, singulièrement le grand public, la population, ce partenaire de type particulier, qui « enrichi[t] » de ses « apports » les discussions, dont on envisage « une intégration ciblée », tandis que les expert·es expertisent.

Le langage révèle quelque chose d’un indicible, que la bienveillante restitution des ateliers habitants manifeste soudainement. Cet indicible naît de la tension irrésolue entre amateurs et sachants. Dysmétrie originelle des capacités d’action sur le cadre de vie, incommensurabilité de mondes de l’urbanisme conduisant à ce que certains soit un peu plus acteurs de sa production que d’autres, un peu plus « partenaires » que la population ou le « grand public ». L’instance autoriale se « cogne » ici « au réel » pour reprendre une formulation lacanienne, que Jean Hillier et Michael Gunder (2003, 2005, 2010) ont déjà mise en jeu dans leurs nombreuses analyses des paradoxes du tournant communicationnel de l’urbanisme…

Trouver ses mots

On l’aura compris, ce billet procède de l’amusement. Il tente d’illustrer ce qu’une approche interprétative des discours de la planification peut leur faire dire, en cherchant dans leur façon de parler, des manifestations d’un inconscient institutionnel. Ce faisant, l’amusement peut ouvrir à une réflexion plus large sur les mots de l’urbanisme (et il n’y a ici aucun jeu de mots conscient). 

Dans nos échanges les plus intimes, nous employons quotidiennement ce que Léna Ghar appelle, dans l’émission La suite dans les idées du 23 septembre 2023, des « mots salis ». Des mots qui ont trop servi, qui traînent à leur suite des fragments d’autres univers. Il en résulte une langue qui empêche plus qu’elle ne facilite ; une langue empoisonnée, qui fige plus qu’elle ne libère.

Dans nos activités professionnelles, nous employons aussi des mots salis lorsque nous pensons les spatialités qui viennent. Nous parlons mal de l’aménagement à venir parce que nos mots charrient un monde qui n’est plus celui dont il est désormais question. Quelle pourrait être cette langue sans mot sale, propre à fonder le monde à venir ? Toute vision prospective ne devrait-elle pas inventer sa langue, dans un exercice d’imagination politique ? 

Bibliographie

Citton, Y. (2017). Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ? Paris, éditions Amsterdam.

Hillier, J., & Gunder, M. (2003). Planning Fantasies? An Exploration of a Potential Lacanian Framework for Understanding Development Assessment Planning. Planning Theory2(3), 225-248.

Gunder, M. (2005). Lacan, Planning and Urban Policy Formation, Urban Policy and Research, 23:1, 87-107.

Gunder, M. (2010) Making Planning Theory Matter: A Lacanian Encounter with Phronesis , International Planning Studies, 15:1, 37-51.

Sources

[VTT DI] Grand Genève, 2023. La vision territoriale transfrontalière, une démarche inédite. Genève, Nyon et Annemasse, Grand-Genève — agglomération franco-valdo-genevois.

[VTT SPDC] Grand Genève, 2023. Vision territoriale transfrontalière. Synthèse de la phase de diagnostic critique et orientations. Restitution des journées PACA du 17 au 20 janvier, de la journée de mise en commun du 25 janvier et des comités d’orientation politique du 31 janvier. Genève, Nyon et Annemasse, Grand-Genève — agglomération franco-valdo-genevois.

[DSP] République et canton de Genève, 2023. Discours de Saint-Pierre prononcé par M. Antonio Hodgers. Genève, Chancellerie d’Etat — Service communication et information.

[NPDCn PLD] République et canton de Genève, 2021. Nouveau Plan directeur cantonal. Penser le territoire de demain. Genève, Département du territoire.

[FR NPDCn] République et canton de Genève, 2021. Feuille de route pour le nouveau Plan directeur cantonal. Vision territoriale transfrontalière 2050. Genève, Département du territoire.

[FR 2018-2023] République et canton de Genève, 2019. Feuille de route 2018-2023. Département du territoire (DT). Genève, Département du territoire.


[1] Je me base ici sur les documents suivants : Nouveau Plan directeur cantonal. Penser le territoire de demain ; Feuille de route pour le nouveau Plan directeur cantonal. Vision territoriale transfrontalière 2050 ; La vision territoriale transfrontalière, une démarche inédite ; Discours de Saint-Pierre prononcé par M. Antonio Hodgers ; Feuille de route 2018-2023 ; Vision territoriale transfrontalière. Synthèse de la phase de diagnostic critique et orientations. Restitution des journées PACA du 17 au 20 janvier, de la journée de mise en commun du 25 janvier et des comités d’orientation politique du 31 janvier.

[2] Peut-être faut-il y voir un lien avec la Note de veille Genève 2050, n°16, commandée à la même période que la rédaction des deux documents analysés dans le cadre de ce billet, relative au « sciences comportementales au service des politiques publiques ».

Parution de De la vision politique à sa mise en récit : faire exister un plan par le langage

L’article « De la vision politique à sa mise en récit : faire exister un plan par le langage » est disponible sur le cite de la revue L’Information géographique.

La fabrique des documents de planification a donné lieu à des recherches nombreuses, tant dans le champ des théories de la planification que dans celui de la géographie. On s’est intéressé à la manière dont une vision politique alimentait des plans ou la façon dont ceux-ci délivraient des signaux à destination des acteurs de la production du territoire. Dans cette veine, les documents de planification ont été appréhendés comme des discours du politique sur l’espace. D’autres approches se sont saisies de la fabrique des plans du point de vue de leur mise en récit, propre à les rendre intelligibles à un public élargi. Prenant pour exemple la fabrique du Plan directeur d’un canton suisse (Genève), cette contribution propose un exercice de clarification terminologique permettant d’éclairer la geste politique qui concourt à la production d’un document devant régler les conditions de vie d’un fragment du monde.

La publication s’inscrit dans la modalité 1 du projet La fabrique narrative de la ville, financé par le FNS dans le cadre de l’action COST 18126 Writing Urban Places. New Narratives of the European City.

Pour citer l’article: Matthey, Laurent (2023). De la vision politique à sa mise en récit : faire exister un plan par le langage. L’Information géographique, 83–3. https://doi.org/10.1177/14730952221125174

Du flou du discours à la profusion des récits : tracer les écarts à la carte de synthèse

par Laurent Matthey

Poser un vocabulaire, tracer des opérations

Depuis quelques billets, je tente, de manière plutôt irrégulière, de trouver un chemin qui me permettrait d’articuler des recherches issues des planning discourse studies (Buhler, 2021b) avec certains des travaux participants du tournant narratif de l’urbanisme, plus spécifiquement ceux qui s’intéressent au « récit de l’urbanisme » pour reprendre les termes de Ameel (2016). Une manière d’articuler ces champs différents, mais complémentaires m’a semblé être celle d’une clarification terminologique. J’ai ainsi essayé de clarifier des vocables qui renvoient, selon moi, à des moments différents de la fabrique des plans, de leur conception à leur mise en œuvre en passant par leur acceptation. J’aimerais ici me concentrer sur quatre de ces termes, à savoir :

  • le plan, forme technico-administrative d’une vision politique de l’organisation du territoire à un moment donné de l’histoire, qui énonce les objectifs et moyens d’une mise en œuvre ;
  • la carte de synthèse, document synoptique qui spatialise la vision politique retravaillée par la langue de l’administration ;
  • le discours, qui défend la vision et les orientations qui en résultent dans le document technico-administratif, au moyen d’un argumentaire explicite, dont le lieu d’énonciation est identifiable ;
  • le récit, qui est ce qui résulte de la narration du plan à partir, du point de vue d’une certaine intrigue. « Le récit use de techniques pour faire vivre l’histoire racontée à partir de “personnages”. Ces techniques travaillent la cognition des destinataires, sollicitant différentes dispositions, comme la curiosité, l’identification, etc. (Baroni, 2007) qui favorisent l’adoption de points de vue autres » (Matthey, 2023).

La définition de ces termes est, bien sûr, une proposition parmi d’autres. Elle a ses limites, déjà discutées ici ou là, dans diverses publications (Matthey, Ambal, Gaberell, Cogato Lanza, 2022 ; Matthey, Gaberell, Ambal, Cogato Lanza, 2022). Elle permet toutefois de tracer la spécificité de certaines opérations pratiques et/ou symboliques, qui toutes participent d’un processus que l’on pourrait appeler, après Hopkins (2001), la fabrique des plans. 

Deux aspects d’un même mouvement

Le repérage de ces spécificités permet de faire converger recherches issues des planning discourse studies (PDS) et tournant narratif de la planning theory.

Du côté des PDSles travaux de Thomas Buhler ainsi que Thomas Buhler and Richard Stephenson montrent, en analysant de grands corpus au moyen des outils de textométrie, un recours croissant au flou dans la langue des plans. D’un autre côté, les travaux de Throgmorton, Sandercock ou Haeley, participant du tournant narratif de la planning theory anglo-saxonne, montrent comment la communication des plans tend de plus en plus à recourir au récit, lequel favorise leur compréhension ainsi que leur mise en débat (Sandercock, 2003). Le récit est le moyen d’un storytelling dont les administrations ne sauraient se priver pour intéresser les publics de l’aménagement aux enjeux de transformations urbaines à venir. On n’a jamais, à ma connaissance, mis en rapport ces deux tendances (usage croissant du flou, multiplication des récits) en tant qu’elles sont deux aspects d’un même mouvement. En effet, si le flou permet la négociation comme le montre Buhler et ses collègues, il est aussi une manière de garantir les conditions de possibilité d’un renouvellement des récits dont le plan est supposé être le vecteur. 

On peut déduire de cette proposition que le flou est paradoxalement le garant d’une certaine pérennité de cet outil technico-administratif de production du territoire qu’est le plan. L’usage de termes vagues assure en effet de garantir que le plan sera en mesure d’absorber les diverses réinterprétations qui durant sa durée de validité résulteront d’une part de la conduite de l’agenda de l’exécutif en place, d’autre part du renouvellement des majorités politiques.

Le flou du discours garantit que la lecture du plan par une personne qui n’en est pas experte s’approche le plus possible d’un test de Rorschach. Le récit résultant de cette lecture se déploie selon le même principe voulant qu’on identifie des formes dans les tâches non figuratives du célèbre test de personnalité. Flûte et pipeau accompagnent ici de leur douce mélodie, la personne qui conte le plan dans le respect d’une langue articulée en mots d’ordre très généraux. Une intrigue est dégagée, qui à l’aide de techniques narratives spécifiques, doit susciter un effet attendu sur un destinataire : montrer que le plan en vigueur se soucie du problème d’actualité à propos duquel on débat en ce moment même. Symétriquement, un nouvel exécutif trouvera, dans le vague des termes mobilisés, une manière de réappropriation de l’œuvre héritée du gouvernement précédent, dans l’attente de sa prochaine révision.

En somme, le vague permet de divaguer, de s’adapter aux circonstances, de coller aux sautes de la conjoncture politique.  

Consolider une « ceinture de protection »

Il importe toutefois de considérer que, si le flou donne une marge de manœuvre au pouvoir exécutif, il permet dans le même temps aux services techniques responsable de l’aménagement du territoire de travailler, quel que soit le prince en place ; il est le garant de la continuité du travail de l’administration. Recourir à des termes vagues et génériques est une manière d’anticiper la propension des élus en place à vouloir conformer les documents de planification à leur vision du développement territorial. On pourrait même poser que ce que Buhler (2021a) appelle la « vagueness » est une condition de pérennité du plan. 

Dans cette interprétation, le discours flou relève possiblement de la stratégie (Buhler, 2021). La profusion des récits participe, pour sa part, plutôt de la tactique. Ces deux propensions s’inscrivent toutefois dans un même mouvement, né de la tension entre le temps long de la planification et le temps court des mandats électifs, soit de la tension entre temps de l’aménagement et temps du politique. Le flou permet à la stratégie de rester la même alors que la tactique s’adapte aux aléas de la conjoncture, aux sautes de l’actualité. C’est bien en garantissant des interstices ouverts à la dérive narrative que les stratégies discursives maintiennent la cohérence d’un principe planificateur, maîtrisant par la même le temps.

Discours flou et récits multiples peuvent ainsi être lus comme les ceintures de protection (pour reprendre le terme que Lakatos appliquait aux déploiements d’hypothèses auxiliaires propres à « supporter les assauts » menaçant un programme de recherche) du plan. Ils dévient les « attaques » qui pourraient le menacer, permettant au plan de remplir sa fonction institutionnelle, celui de réguler sur un temps pluridécennal, la production de l’espace.

Mesurer les écarts à la carte de synthèse

L’identification d’un vocabulaire spécifique à la fabrique des plans, la clarification d’une terminologie permet donc d’affiner le traçage (pour parler comme Laurent Devisme) des opérations technico-symboliques qui assurent la pérennité d’une action publique ancrée dans la continuité d’une administration.

Le discours et ses récits ne sont pas réductibles. Tous les deux relèvent toutefois d’une rhétorique dans la mesure où leur fonction est d’agir sur un destinataire. Les discours flous sont une condition de la diversité des interprétations narratives d’un plan donné, lesquelles permettent d’attester que l’on agit.

Dans ce mouvement, ce sur quoi il conviendrait, d’un point de vue analytique, de focaliser son attention c’est la carte de synthèse, ce document synoptique qui résume les intentions du plan, dans un langage relativement transparent. Révélant les grandes orientations spatiales d’un développement, le déploiement des infrastructures futures, la localisation des activités, la distribution des équipements, la situation des grands projets d’urbanisation. 

Le repérage des écarts des discours et récits au plan permettrait de prendre la mesure de l’autonomisation des formations discursives et narratives dans le champ de la planification. L’intérêt pour les cartes de synthèse offrirait également l’occasion, au-delà des productions discursives et narratives, d’approcher les permanences ou les ruptures dans les principes de régulation de la production d’un espace donné, dont le plan est l’instrument.

Bibliographie

  • Ameel, L. (2016). Towards a narrative typology of urban planning narratives for, in and of planning in Jätkäsaari, Helsinki. Urban Design International, 22(4), 318-330.
  • Baroni, R. (2007). La tension narrative. Suspense, curiosité et surprise, Paris, Seuil.
  • Buhler, T. et Stephenson, R. (2021). Is Local Planning Really ‘Local’? National Planning Context as a Determining Factor for Local Discourse. Planning Theory & Practice, pp.227-243.
  • Buhler, T. (2021a). When vagueness is a strategic resource for planning actors. Planning Theory, 20(4), pp. 325-349.
  • Buhler, T. (2021b). À la recherche des régularités textuelles et visuelles que façonne la planification urbaine. Dossier pour une Habilitation à diriger des recherches, tome 1. Université de Bourgogne Franche-Comté.
  • Devisme, L. (2022), Configurations d’expertise et mondes académiques : faux amis et promesses renouvelées, Cahiers RAMAU, 11, pp. 24-34.
  • Healey, P. (1996). The communicative turn in planning theory and its implications for spatial strategy formation. Environment and Planning B: Planning and Design, 23(2), pp. 217-234.
  • Hopkins, L.D. (2001). Urban Development. The Logic Of Making Plans. Washington D.C., Island Press.
  • Matthey, L., Ambal, J., Gaberell, S., Cogato-Lanza, E. (2022). The empire of the narrative: plan making through the prism of classical and postclassical narratologies. Planning theory, https://doi.org/10.1177/147309522211251.
  • Matthey, L., Gaberell, S., Ambal, J., Cogato-Lanza, E. (2022). Les métamorphoses du récit en urbanisme. Métropolitiques.euhttps://metropolitiques.eu/Les-metamorphoses-du-recit-en-urbanisme.html
  • Sandercock, L. (2003). Out of the closet: The importance of stories and storytelling in planning practice. Planning Theory & Practice, 4(1), 11-28.
  • Throgmorton, J.A. (1992). Planning as persuasive storytelling about the future: Negotiating an electric power rate settlement in Illinois. Journal of Planning Education and Research, 12, 17-31.

Parution de “Caminante, No Hay Camino, Se Hace Camino al Andar”: On a Creative Research Project in Urban Planning

 

L’article « “Caminante, No Hay Camino, Se Hace Camino al Andar”: On a Creative Research Project in Urban Planning », qui relate l’expérimentation d’une méthodologie créative dans le champ de la recherche en aménagement et urbanisme est à présent disponible en preprint (et libre accès) sur le site de la revue Social Inclusion, juste ici.

La publication s’inscrit dans la modalité 3 du projet La fabrique narrative de la ville, financé par le FNS dans le cadre de l’action COST 18126 Writing Urban Places. New Narratives of the European City.

Pour citer l’article: Matthey L., Gaberell S., Chénais A., Rudler J., Seigne A., Subilia A.-S., Vuataz D. and Ruf M. (2023). ‘Caminante, No Hay Camino, Se Hace Camino al Andar’: On a Creative Research Project in Urban Planning. Social Inclusion 11(3) //doi.org/10.17645/si.v11i3.6798

Pour approche attentionnelle du récit en urbanisme

Par Laurent Matthey

La recherche en aménagement et urbanisme a surtout documenté la manière dont le récit permet de mieux partager le projet, de le faire comprendre et, par là, de le rendre discutable. La proposition consistant à faire du récit un mode de mise en désirabilité est moins traitée, soit qu’elle paraisse trop évidente dans la parenté qu’elle entretient avec le marketing territorial ou trop peu valorisante pour les praticiens qui s’y hasarderaient, parce que liée à un procédé manipulatoire.

Pour ma part, ce qui m’intéresse, c’est le récit qui entoure la planification. Je m’y intéresse au moyen de textes au second degré pour parler comme Gérard Genette, des textes qui entourent les plans, pour les expliquer (Matthey, Ambal, Gaberell & Cogato Lanza, 2022). Dans ce vaste corpus, je sélectionne un type particulier de productions. Pas celles qui relèvent explicitement du discours argumentatif, mais celles qui se déploient sous des formats narratifs, racontant pour faire comprendre. La focalisation sur des textes au second degré conduit donc à ne sélectionner qu’un moment de la mise en récit du projet, ciblant une narration dont le propos est de simuler un monde de telle sorte que le destinataire prenne goût à son exploration.

Ainsi, de manière plus précise, ce qui m’intéresse dans les paratextes narratifs, c’est la manière dont ils prennent en charge la lecture qu’il est attendu que l’on ait d’un plan d’urbanisme — et de ses diverses déclinaisons technico-administratives. Le récit n’est pas seulement là pour produire une cohérence, une sorte d’imaginaire commun ou bien une intrigue propre à susciter de l’engagement dans un projet ; il est une manière de faire sentir, éprouver une réalité comme on entend qu’elle apparaisse à la conscience. Trop concentré sur la dimension communicationnelle, on n’a pas assez insisté, dans la littérature scientifique en planning theory, sur la dimension proprement cognitive et affectuelle du récit.

Pourtant, de nombreux travaux de la narratologie post-classique se sont intéressés à ces dimensions affectives du récit. Par exemple, les recherches de Raphaël Baroni (2007) ont bien montré comment les techniques narratives affectent le lecteur (en initiant le suspens, suscitant la curiosité, créant la surprise) ; la « tension narrative » déployée par un récit engage émotions et cognitions. La conception rhétorique du récit que James Phelan développe dans ses travaux pousse dans le même sens. Il y a toujours dans le récit une « intentionnalité » consistant dans ce qu’un « “raconteur” tente de façonner des éléments narratifs à des fins particulières » (2018 : 48), suscitant des réponses notamment émotionnelles. Un texte est toujours construit pour « affecter le lecteur » (2018 : 49). C’est pour cette raison même que le récit est un moment majeur de la construction de la réception des plans. Il affecte son destinataire ; il oriente son attention sur une dimension plutôt qu’un autre…

De là résulte sans doute que, si je m’intéresse aux récits qui accompagnent les plans, c’est pour comprendre la manière dont ils construisent de nouveaux régimes de perception, la façon dont ils sont susceptibles d’affecter le corps du destinataire et de participer, par là même, à une forme d’économie de l’attention.

Mon propos toutefois n’est pas de faire de ces récits au second degré, des outils d’une grande conspiration. Il ne s’agit pas de dire que nous sommes manipulés par des planificateurs. Il s’agit, plus pragmatiquement, de considérer ces récits en ce qu’ils sont des outils parmi d’autres au service d’une communication de projet qui se doit de saisir le sujet politique dans son corps même, pour désambiguïser les signaux qu’émettent les plans et assurer une réception conforme aux attendus de la vision politique à l’origine d’une certaine organisation du territoire. Le recours au récit est souvent justifié par le besoin de vulgariser le contenu d’un document technique. De rendre sensible la vision qui l’anime, l’avenir qu’il dessine. Ce recours s’inscrit ainsi la plupart du temps dans une forme de communication bienveillante, selon laquelle une histoire permet de comprendre rapidement.  

On oublie toutefois souvent que lorsque Patsy Healey (1992) ou Leonie Sandercock (2003) militent pour une planification plus attentive aux histoires que racontent les habitants ou au récit comme modalité de connaissance, le récit est la parole de l’autre, la manière dont il rend compte d’une expérience singulière qui n’est pas celle de la raison planificatrice. Il s’agit chez les pionniers du récit en urbanisme moins de pédagogie que d’une intersubjectivité. En fait, c’est sans doute précisément pour ce paradoxe que je m’intéresse aux récits produits par les administrations pour expliquer, à la manière d’une histoire, leurs documents de planification. Ils sont une manière d’occuper le lieu de l’autre, qui justifie qu’on s’y penche.

Références

Baroni, R. (2007) La Tension narrative. Suspense, curiosité et surprise. Paris: Seuil.

Healey, P. (1992) Planning through debate. The communicative turn in planning theory. The Town Planning Review 63(2): 233–249.

Matthey, L., Ambal, J., Gaberell, S., & Cogato Lanza, E. (2022). The empire of the narrative: Plan making through the prism of classical and postclassical narratologies. Planning Theory0(0). https://doi.org/10.1177/14730952221125174

Phelan, J. (2018). «Quelqu’un raconte à quelqu’un d’autre»: une approche rhétorique de la communication narrative. In: Patron, S. (dir.) Introduction à la narratologie postclassique. Les nouvelles directions de la recherche sur le récit. Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion : 47-67.

Sandercock, L. (2003) Out of the closet. The importance of stories and storytelling in planning practice. Planning Theory & Practice 4(1): 11–28.

Programme du colloque Entre communication et participation: usages du transmedia storytelling en aménagement et urbanisme

Le colloque final du projet  de recherche The narrative making of the city se déroulera les 16 et 17 février 2023 au Pavillon Sicli à Genève (entrée est libre).

Titré Entre communication et participation: usages du transmedia storytelling en aménagement et urbanismece colloque questionne l’hybridation croissante de la communication et la participation dans les stratégie d’implication des publics des projets urbains.

Jeudi 16 février 2023

07 h 30 : Accueil et café.

08 h 15: Introduction

8 h 30 – 10 h 30 Session 1a: Le récit et sa mise à l’épreuve institutionnelle

Modération: Julie Ambal (Université de Genève)

  • Georges-Henri Laffont (EVS UMR 5600 Université de Lyon & ENSA Saint Etienne) & Clément Guillauteau (EPA de Saint Etienne). L’Établissement public d’aménagement de Saint-Etienne: script doctor du projet urbain d’une ville en quête d’auteurs.
  • Louis Drompt & Sébastien Lambelet (Univesité de Genève), Le récit comme méta-ressource pour faire la ville: analyse de la production narrative de quatre projets urbains genevois.
  • Aurélie Landon (Lab’Urba, Université Gustave Eiffel). «Le meilleur des quartiers»: construire le récit des usagers avant l’usage et sans les usagers.
  • Baptiste Colin (Triangle UMR 5206). Voir loin, voir en mieux: voir en grand. Échelles et contrastes dans la mise en récit du projet d’aménagement de la Grande Porte des Alpes de la Métropole de Lyon. 

10 h 30: Pause.

11 h 00 – 13 h 00 Session 1b: Le récit et sa mise à l’épreuve institutionnelle

Modération: Simone Ranocchiari (Université de Genève)

  • Mosé Cometta (Università della Svizzera italiana). Narrative conflict, democracy and spatial planning.
  • Aurélie Dupuis (École polytechnique fédérale de Lausanne). Trans-formative Trans-mediation. Disregarded Urban Relationalities in the Foreground.
  • Gabriel Lanfranchi (Université de Genève). “PlanificAction”: Action as a narrative for planning and governancedevelopment.
  • Julio Paulos (Université de Lausanne). Overflowing with Science: Scripts and fables in the city of permanent innovation. 

13 h 15: Buffet dinatoire.

14 h 30 – 17 h 30 Session 2: Ce que raconter veut dire

Modération: Elena Cogato Lanza (École polytechnique fédérale de Lausanne)

  • Pascal Amphoux (AAU, CRESSON). «Récit du lieu» n’est pas «mise en récit».
  • Romana Nanga. Réhabilitation et transmedia storytelling: raconter l’existant et imaginer des scénarios futurs avec les habitants. 
  • Juliet Fall (Université de Genève) & Giada Peterle (Università degli Studi di Padova). Telling visual urban stories: using comics as research method.
  • Emeline Hatt & Emmanuel Matteudi (Aix Marseille Université). Conter la ville et penser le projet urbain dans la formation des urbanistes par les nouveaux médias : diversification des formes de communication ou changement de paradigme? 

17 h 30: Pause.

 17 h 45 — 18 h 30 Keynote

  • Aurélien Bellanger, écrivain.

Romancier, Aurélien Bellanger est notamment l’auteur de L’Aménagement du territoire, Le Grand Paris. Il vient de publier XXe siècle aux éditions Gallimard

19 h 00: Apéro dinatoire.

Vendredi 17 février 2023

08 h 00: Accueil et café.

8 h 30 – 10 h 30 Session 3: Pouvoir de dire, pouvoir de faire

Modération: Hélène Bailleul (Université Rennes 2)

  • Maxime Pailler (Université de Bretagne occidentale). Participation et montée en compétences : vertus de l’usage du récit dans le projet paysager.
  • Lise Gaillard (École nationale supérieure d’architecture de Bretagne). D’un récit sans public à l’essor d’une participation locale: le voyage scénographique d’un «laboratoire de l’habitat» en milieu rural.
  • Christine Bellavoine (mairie de Saint-Denis)  & Jeanne Demoulin (Université Paris Nanterre, LAVUE). Un quartier dysfonctionnel à rénover? Quand le storytelling habitant s’inscrit en décalage du storytelling institutionnel.
  • Matthias Lecoq (Office de l’urbanisme, Genève). La participation en urbanisme par le biais d’un festival: comment le transmedia permet une pluralité qualitative.
  • Marc El Samrani (École nationale supérieure d’architecture de Montpellier), Médiations numériques participatives. Expériences et nouvelles mises en récits de l’urbain. 

10 h 30: Pause.

11 h 00 – 13 h 00 Session 4: Le récit et ses possibles

Modération: Kaoutar Harchi (HETS-Genève)

  • Armelle Le Mouellic, Pierre Alain Trévelo & Antoine Viger-Kohler (TVK). Explorer de nouvelles narrations terrestre.  Le programme de recherche «La Terre est une architecture» au sein de l’agence d’architecture et d’urbanisme TVK.
  • Georges Abou Mrad (AAU, CRESSON). L’ambiance racontée.
  • Jinane Mounir Diab (Université Grenoble Alpes, CRESSON). Le récit sensible. Un outil de planification dans la reconstruction urbaine.
  • Sanja Platisa (École polytechnique fédérale de Lausanne). Mental maps as a tool for urban narration.

13 h 15: Buffet dinatoire.

14 h 30 – 16 h 30 Session 5: Faire récit, faire patrimoine 

Modération: Federico Ferrari  (ENSA Nantes)

  • Marina Rotolo (École nationale supérieure d’architecture Paris Belleville). La création d’un mythe urbain: Matera, ville invincible?
  • Natacha Issot (École nationale supérieure d’architecture de Toulouse & Université Jean Jaurès). Le récit individuel et collectif, comme support de patrimonialisation et de réhabilitation des ensembles de logements.
  • Fernanda da Cruz Moscarelli & Alexandre Brun (Université de Montpellier). Urbanisme et communication: storytelling et webcartographie pour le patrimoine urbain et paysager occitan.
  • Stéphane Collet (Haute école d’architecture et d’ingénierie de Fribourg). Quatre mirages et un enterrement. Rénovation urbaine : relations croisées entre société civile et organisations étatiques (Prague-Genève).

 16 h 30 Conclusion

17 h 00: Fin du colloque

Comité d’organisation

Le colloque est organisé par l’Université de Genève, la Haute école de travail social de Genève et l’École polytechnique fédérale. Le comité d’organisation est composé de :

  • Julie Ambal, Université de Genève.
  • Elena Cogato Lanza, École polytechnique fédérale de Lausanne.
  • Simon Gaberell, Haute école spécialisée de Suisse occidentale – Genève.
  • Kaoutar Harchi, Haute école spécialisée de Suisse occidentale – Genève.
  • Laurent Matthey, Université de Genève.

 Comité scientifique

  • Hélène Bailleul, Université Rennes 2.
  • Alice Chénais, atelier Olga.
  • Laurent Devisme, ENSA Nantes.
  • Florent Favard, Université de Lorraine.
  • Yankel Fijalkov, ENSA Paris Val-de-Seine.
  • Federico Ferrari, ENSA Nantes.
  • Irène Langlet, Université Gustave Eiffel.
  • Alexia Mathieu, HEAD Genève.
  • Pieter Uyttenhove, Ghent University.

Mise en récit de l’art dans des espaces de mobilité : quand l’art contemporain souhaite réenchanter la ville

Le cas du dispositif d’art vidéo MIRE à Genève (Suisse) dans les gares du Léman Express

par Julie Ambal

J’ai eu, à l’occasion du Centenaire de l’UGI, de faire une communication dans le cadre le session Penser les musée en géographie. Cette communication s’inscrivait dans l’axe deux du projet The narrative making of the city dans le cadre duquel je fait mon post-doctorat à l’université de Genève. Elle avait pour objectif d’interroger les dispositifs d’art contemporain exposés hors les murs, dans l’espace public et précisément ici dans des espaces de mobilité. Dans un contexte où les agglomérations et métropoles sont dans une recherche constante d’attractivité, la culture fait office dans beaucoup de cas de levier de renouvellement urbain, elle est un « moyen de réenchanter ces espaces et d’accompagner le réaménagement des villes » (Gangloff, 2016). Aujourd’hui, ce partenariat entre institutions et acteurs culturels avec ceux et celles de la sphère de l’aménagement et de l’urbanisme pose de nouvelles questions qui dépassent le seul enjeu de l’attractivité : favoriser l’accès à la culture à un large public possiblement non averti, voyager autrement, s’ouvrir à un autre monde, présenter des artistes jeunes, locaux et internationaux, hommes et femmes, traiter de sujets contemporains (féminisme, diversité, mixité, écologie).

Au travers de l’exemple de l’exposition d’art vidéo MIRE dans les nouvelles gares du Léman Express (réseau ferroviaire régional structurant) située dans le canton de Genève (Suisse), j’ai exploré, comme le proposait le projet sur leuel j’étais engagée, à la fois la place de ce dispositif dans l’espace urbain, ce que cette exposition raconte du territoire ainsi que la façon dont les artistes et les porteurs de projet s’emparent du paysage urbain pour mettre en récit l’art contemporain. En quoi l’intégration d’œuvres d’art dans des espaces de mobilités comme des gares transforme « les modes de production et d’imaginaire des villes » (Molina, Guinard, 2017) ? J’ai interrogé aussi la scénographie d’un tel dispositif (14 écrans de tailles différentes, avec une programmation par an pendant 10 ans) au regard des « publics » auxquels il est destiné, des publics hétérogènes loin de se limiter à celles et ceux qui visitent régulièrement des musées (Bo-Kyoung, 2007), et notamment une exposition d’art contemporain.

Références bibliographiques

Lee BK (2007). Espaces d’expositions temporaires consacrés à l’art contemporain, Marges <en ligne>.

Gangloff E (2016). La scénographie urbaine, émergence d’une fonction. L’Observatoire des politiques culturelles 47.

Ginoulhiac M (2015). Muséalités de l’espace urbain : l’œuvre comme dispositif de médiation dans l’espace public au tournant du XXIe siècle. Thèse de doctorat en Arts et Sciences des arts, Université de Toulouse.

Molina G & Guinard P (2017). Arts in Cities – Cities in Arts. Articulo – Journal of Urban Research

 

La communication a eu lieu dans le cadre du Congrès du centenaire de l’Union Géographique Internationale (UGI) le 19 juillet 2022 dans la session “Penser les musées en géographie” organisée par Marie-Alix Molinié.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search